Go to Top
img_bandeau

Soins ambulatoires

Couverture médicale expatrié : les garanties de « Médecine courante »

Dans une couverture médicale expatrié, les frais ambulatoires courants sont considérés comme de la « consommation médicale ». Même si l’on ne décide pas de tomber malade, la fréquence et le passage à l’acte sont du ressort de l’assuré. Aisni et pour des situations similaires, le nombre de consultations peuvent varier d’un assuré à l’autre. 

Couverture médicale expatrié

Par conséquent, la notion d’aléa ressort comme nettement moindre par rapport à l’hospitalisation.


assurance expatriés

La consommation sur la couverture médicale expatrié impacte les primes

Plus les assurés « consommeront » des frais médicaux, plus les primes pourront être impactées l’année suivante à la hausse. D’une façon générale, les assurés recherchent des prestataires de santé cohérents avec leurs habitudes. C’est à dire d’un niveau équivalent à celui de leur pays d’origine, à minima. Ensuite, si des possibilités sur les langues existent, l’assuré appréciera de parler dans sa langue maternelle. Tout ceci impacte généralement les tarifs puisque le niveau d’exigence s’élève progressivement.

Les assurés venant d’un pays à « sécurité sociale forte » ont une habitude de consommation. En effet, leur système de sécurité sociale favorise l’entretien de la santé et une forme de consommation médicale. A titre d’exemple: les belges, français, luxembourgeois, néerlandais, … D’un côté, cette habitude de consommation leur permet d’avoir une santé entretenue de longue date. D’un autre côté, elle représente une consommation incompressible qui impacte systématiquement la sinistralité des contrats. Finalement, la sinistralité globale est l’un des éléments pris en compte pour définir les conditions de renouvellement.


assurance expatriés

Reste à charge et notion de coassurance dans la couverture médicale expatrié

Le reste à charge dans la couverture médicale expatrié correspond à la partie de soin qui sera assumée financièrement par l’assuré. Pour des frais de pharmacie de 30 Euro assurés à hauteur de 80%, l’assuré sera remboursé à hauteur de 24 Euro. Le reste à charge est alors de 6 Euro pour l’assuré. La part de 20% représente la part assumée par l’assuré ; on parle alors de coassurance car l’assuré devient son propre Assureur pour 20% de ses frais.

Cette pratique est en ligne avec les habitudes et la pratique de certaines sécurités sociales. A titre d’exemple : belge, française, luxembourgeoise… La co assurance permet de conserver une couverture étendue sur les prestations. Et dans le même temps, de réduire le montant des primes.

Pour les destinations particulièrement chères (USA, Chine, Hong-Kong…), il est conseillé de souscrire un niveau de couverture élevé (100%). En revanche, le niveau inférieur (90% ou 80%) convient pour de nombreuses destinations. Et permet souvent d’obtenir un meilleur rapport qualité / prix.

Une franchise peut également être proposée. Ce mécanisme correspond davantage aux pratiques des marchés américain ou suisse. En effet, les assurés y ont fréquemment recours, quand la loi ne l’impose pas.


assurance expatriés

Des différences significatives derrière de simples limites de la couverture médicale expatrié

Consultations : la consultation de généraliste correspond généralement à un besoin primaire. En effet, la consultation de généraliste concerne les enfants ou les besoins primaires. La fréquence d’utilisation représente une variable significative. Il est rare d’avoir un plafond sur cette garantie. En revanche, le montant par consultation peut varier. Par exemple: 45 Euro pour les interventions basses. Et 300 Euro pour la fourchette haute. En ce qui concerne le spécialiste, cette garante comporte toujours une limitation. En effet, la dérive sur les tarifs des spécialistes peut s’avérer rapide, et son impact sur les résultats du contrat important.

Traitement de l’infertilité : de nombreux expatriés profitent de cette période d’expatriation pour développer les projets familiaux. Mais ces projets sont parfois contrariés. Aussi, les Assureurs allouent fréquemment une enveloppe. De façon générale, cette limite ne couvre pas la totalité des frais. Par conséquent, elle représente surtout une participation significative aux premières tentatives.

Psychiatrie, psychothérapie et soutien psychologique : ces prestations sont une première réponse en cas de coup dur (difficulté ponctuelle). Globalement, l’intervention de l’Assureur se limite volontairement dans le temps et/ou dans le montant.

Optique : de nombreuses versions existent pour cette garanties. Et tout autant de limitations. D’un côté, un Assureur regroupe les montures, verres et lentilles. De l’autre, la consultation de spécialiste s’intègre aussi à la limite. En ce qui concerne le traitement de la myopie au laser, une limite distincte s’applique. Quand cela est couvert, bien entendu. Il faut souligner que l’opération au laser n’exclut pas toujours le port des lunettes.

Les Assureurs comptent plus ou moins sur le comportement responsable de l’assuré qui peut toujours comparer les devis de plusieurs praticiens et décider de la marque de sa monture de lunettes.


assurance expatriés

La prévention et le bilan de santé de la couverture médicale expatrié

D’abord, la prévention reste l’un des meilleurs moyens d’éviter les maladies ou leur traitement tardif. De plus, les Assureurs allouent de plus en plus souvent un montant pour cette garantie. Ainsi, dans certains contrats l’intitulé « bilan de santé » apparaît. Il existe deux réalité derrière ces apparences. 

Pour certains, tous les frais préventifs s’intègrent dans une garantie spécifique. Afin de pouvoir notamment isoler ces données et les analyser. Par la suite, elles permettent d’ajuster les garanties, négocier auprès de prestataires … L’objectif étant de fournir une enveloppe budgétaire aux assurés pour la prévention.

Pour d’autres, il s’agit de regrouper les soins qui ne peuvent pas être rattachés à une pathologie. A titre d’exemple, l’assuré réalise une consultation car il pense avoir une pathologie. En fait, il n’a rien. Cette dépense n’entre pas dans le champ « consultation ». En effet, le formulaire de demande de remboursement exige une pathologie. Donc la seule possibilité de prendre en charge ces dépenses est d’avoir une garantie spécifique.

En conclusion, nous notons que l’origine de la compagnie influe beaucoup sur les pratiques. Finalement, cet impact culturel crée des différences dans les garanties.

A partir de 40 ans environ, les bilans de santé deviennent systématiques et périodiques. C’est à dire environ tous les 2 ou 3 ans, quand rien de particuliers exige une fréquence plus courte.

 

couverture médicale expatrié

Considérations légales pour la couverture médicale expatrié

Notons que la souscription à une couverture médicale expatrié ne permet pas de se substituer aux obligations légales locales