Go to Top
img_bandeau

Protection sociale de l expatrié

Qu’est ce que la protection sociale de l’expatrié ? 

Tout d’abord, interrogeons nous sur c e qu’est réellement la protection sociale de l’expatrié à l’étranger ? Pour cela, il convient déjà de préciser ce qu’est la protection sociale. En fait, la protection sociale est un ensemble de dispositifs assurantiels destinés à vous protéger contre les conséquences des principaux risques de la vie.

La protection sociale est constituée des volets suivants :

– l’assurance Maladie. Cela englobe la maladie, la maternité, l’invalidité, le décès non liés à l’exercice de l’activité professionnelle

– l’assurance Accident du Travail et des Maladies Professionnelles (AT MP, en résumé). Ce volet couvre la maladie, l’invalidité, le décès liées à l’exercice de l’activité professionnelle

– l’assurance Vieillesse (retraite des personnes ayant exercé antérieurement une activité professionnelle),

– l’assurance Chômage (salaire non perçu lors des périodes de chômage), et des prestations familiales (charges familiales relatives aux enfants …) ainsi que de l’aide sociale (destinée aux personnes dont les ressources sont insuffisantes pour faire face aux besoins engendrés par le handicap, l’âge, la maladie, les difficultés sociales ou économiques…).

 

La protection sociale de l’expatrié ne se limite pas aux frais de santé

La protection sociale de l’expatrié ne doit pas être confondue avec l’assurance maladie internationale. En effet, elle couvre donc bien d’autres risques comme vous l’aurez noté précédemment. La protection sociale de l’expatrié devrait donc idéalement être constituée de l’assurance maladie, de l’accident du travail et des maladies professionnelles, de l’assurance vieillesse et du chômage.

Finalement et suivant le pays d’expatriation, la protection sociale à l’étranger est plus ou moins étendue. Vous pourrez de ce fait retrouver tout ou partie des dispositifs mentionnés ci-dessus. Derrière les mêmes termes se trouvent des réalités parfois très différentes. Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à entrer dans le détail pour éviter les mauvaises surprises.

De nombreux supports existent et sont à votre disposition pour collecter des données sur la protection sociale de l’expatrié. Ils permettent également d’identifier les éventuels écarts avec les prestations auxquels vous aviez accès dans votre pays d’origine. A première vue, les Ambassades et les Consulats semblent constituer une bonne base de travail et de départ sur ces sujets. Lorsque vous aurez défini les écarts, il vous appartient de les compenser ou non en souscrivant de façon volontaire aux assurances correspondantes.

 

La protection sociale de l’expatrié lors de son séjour à l’étranger

Dans de nombreux pays où la protection sociale est faible voire inexistante. En fait, il vous appartiendra donc de vous bâtir vous même une protection sociale de l’expatrié. Nous vous recommandons de ne faire l’impasse sur aucun risque. Mais encore de vous soucier également des questions de coordination entre les risques.

Pour les Français (mais aussi pour les belges avec l’ONSS), il est possible de reconstituer la protection sociale d’origine grâce à la Caisse des Français de l’Etranger (CFE). Nous recommandons de considérer vivement cette possibilité car c’est un organisme et un dispositif qui permet de bénéficier de conditions avantageuses lors du retour en France et d’une coordination entre les différents risques.

 

protection sociale de l'expatrié

Veillez à bien respecter la réglementation locale

La protection sociale de l’expatrié auprès d’organismes privés ou de type ORPSS / CFE ne permet pas de se substituer aux obligations légales locales.